taches

Exposé au Garnier des Arts à Saint-Etienne le 20 Septembre 2019.

Petit, j'étais souvent dans la lune, la tête vers le bas observant là où je m'apprêtais à marcher. Jusqu'au jour où je me suis arrêté. Ce que je vis me semblait être incroyable : c'était un sol, taché de couleurs mêlées aux unes et aux autres comme s'il y eut une bataille. Il y avait des pierres rouges, roses et bleus qui se battaient contre des racines ambrées, des feuilles beiges et parfois de la neige grise. J'ai regardé de haut en bas, de bas en haut, j'ai vu la lune et les étoiles, j'ai vu la terre au bout de mes doigts de pieds. Deux univers superposés, à la fois proches et éloignés de nous. J'avais soif d'aventures, je me suis imaginé en train de les explorer : qui sait ce que j'allais y trouver ? 

 

Aujourd'hui je regarde de haut en bas, de bas en haut et je fais des taches. Je les observe comme un satellite qui scan une planète, certaines taches ont des plages roses, d'autres avec une atmosphère jaune. Parfois, les formes que je trouve sont si étranges que j'ai l'impression d'être un scientifique qui observe au microscope les formes les plus abstraites de la vie. 

 

J'ai compris qu’il n’est pas nécessaire d'envoyer une voiture dans l'espace pour voyager ; tâchons de faire des taches, photographions-les de loin ou de près et montrons-les fièrement comme si nous venions de découvrir le nouveau monde.

 

Aujourd'hui je vous invite à faire de même, à regarder du plus petit au plus grand, de la peinture à la photo et inversement. Avec un peu de chance et d'observation, peut-être sauriez-vous retrouver l'origine des photos à travers les peintures ?